Faĩencerie de Niderviller

, par sj

"La Belle Maison en Alsace" a fait le choix de travailler avec La faïencerie de Niderviller
Cette faïencerie se trouve à la limite de l’Alsace et de la lorraine. Elle est aujourd’hui une des plus vieille fabrique de la région.
Crée en 1735 par une femme ingénieuse, Anne-Marie André, veuve Défontaine, dame de Niderviller. Cette femme a su saisir l’air du temps, puisque ce nouveau métier se développait dans la région depuis quelques années. Pourtant, malgré son énergie à développer cette activité, rentabilisé ses carrières et forêts, la fabrique est revendue faute de bénéfice concluant au directeur de la monnaie à Strasbourg, le 4 septembre 1748. Celui-ci l’achète pour 90 000 livres

Une date particulière, pour cette fabrique, est l’arrivée de F.-A. Anstett, peintre et chimiste en 1763 avec des d’ouvriers venant de Saxe (Land) en Allemagne et surtout du "kaolin" dans l’espoir de faire une porcelaine dure polychrome.
Rêve avorté par l’arrêt royal du 15 février 1766 qui réserve l’exclusivité de cette technique et la décoration à l’or, à la fabrique de Sèvre parrainée par madame de Pompadour.
*Petite aparté : je vous conseille de lire le roman de Jean-Paul Desprat, "Bleu de Sèvres". Le roman tourne autour du désir de Madame de Pompadour de doter la France d’une industrie porcelainière plus belle que celle fabriquée en Saxe et jalousement gardée comme un secret industriel. Espionnage, aventure, coups foireux...
Je reprends le cours de mon laïus sur Niderviller.
Cela n’empêche pas, Monsieur le directeur de la monnaie à Strasbourg, Jean-Louis Beyerle, d’améliorer la production. En 1759, F.-A. Anstett reprend la direction de l’usine qui est reconstruite après un incendie. Il produit de la poterie fine, "Terre le Pipe" ; des statuettes polychrome en "petit feu" et, en 1763, de fabriquer la porcelaine dure. La production de porcelaine fine prend fin en 1830.

La fabrique est vendue, revendue de multiples fois. Elle restera dans la même famille de 1886 à 1948, pour être rachetée la banque Worms jusqu’en 1963, ensuite en 1881 par la société SITRAM à la suite de sa nationalisation, et finalement par une SCOP en 1987. Le 31 janvier 1996, l’usine est en faillite. Le 16 mai de la même année, l’usine est reprise par Jean et Marc Jacquet, propriétaires aussi des cristalleries de Vallérystahl et Protieux.
L’entreprise, une fois encore, a dû faire face à des difficultés économiques. Après une nouvelle mise en liquidation, elle repart avec Monsieur Jean-Claude Kergoat (gérant de la société Janus Cession et président du directoire Émaux et mosaïques, manufacture fondée en 1837 à Briare) aux commandes.
Lunéville, Niderviller, Saint-Clément : ces trois manufactures, fondées au XVIIIe siècle sont à présent partenaires pour valoriser le savoir-faire lorrain sous son contrôle.

Les faïences sont aujourd’hui fabriquées à St Clément près du Lunéville, le site de l’usine de Niderviller, est en passe de devenir un musée.

Le bâtiment des faïenceries est classé monument historique depuis 1994.

"Aujourd’hui, des ouvriers s’activent pour achever les travaux de réhabilitation. Un premier bâtiment va accueillir un restaurant gastronomique, avec, à l’étage, une salle de réception collée à la mairie. Le gros œuvre de cette structure qui est venue remplacer un ancien corps de ferme vétuste est terminé. Les Bâtiments de France ont imposé une reconstruction à l’identique sur la base de documents d’époque. Il accueillera sur 600 mètres carrés un espace de vente des productions de la faïencerie de Niderviller, ainsi qu’un musée qui présentera les pièces les plus remarquables produites par l’entreprise depuis sa création en 1735. Il y aura également des démonstrations de production de faïence en terre noire, une spécialité de Niderviller. La cour de 5 ares sera quant à elle entièrement arborée." information presse régionale.

"La Belle Maison en Alsace" a sélectionné pour cette saison automne/hiver. Deux modèles.

JPEG - 132.1 ko
Coeur : de 15€50 à 57€30 selon le modéle

Bol:20€. Assiette à dessert:17€40. Pichet PM:52€40.

JPEG - 107 ko
Jeu d’hiver, de 19€25 à 67€40

Bol:25€50. Assiette à dessert:19€25. Pichet PM:56€25.